QUI ETAIT ROLAND DORGELES ?

Capt 1035311

Roland LECALEVÉ, dit Roland DORGELÈS, né le 15 juin 1885 à Amiens et mort le 18 mars 1973 à Paris, est un journaliste et écrivain français, membre de l'Académie Goncourt de 1929 à 1973.
En 1910, avec ses amis du cabaret du Lapin Agile, il fomente une énorme fumisterie où il fait passer un tableau peint par un âne et intitulé "Et le soleil s'endormit sur l'Adriatique", pour une oeuvre d'un jeune surdoué nommé Jochim Raphaël BORONALI à l'occasion du Salon des Indépendants.

Boronali Impression

 dorgeles soldat En 1914, bien que deux fois réformé précédemment pour raison de santé, il s'engage en se faisant appuyer par Georges Clemenceau, son patron au journal "L'Homme libre". Il est versé au 74e régiment d'infanterie de ligne de Rouen le 21 août 1914. Il combat en Argonne et au nord de Reims ; puis passe au 39e régiment d'infanterie de ligne. Il participe aux combats du bois du Luxembourg en février 1915, à la Deuxième bataille d'Artois dans le cimetière de Neuville-Saint-Vaast en juin 1915 entre autres. Il devient élève pilote, est nommé caporal et décoré de la Croix de guerre.
En 1917, il entre au "Canard Enchaîné", où il se lie d'amitié avec Henri Béraud et Paul Vaillant-Couturier. Il publie dans ce journal un roman satirique intitulé "La Machine à finir la guerre". Il écrit des articles de la même veine et dans le même journal entre 1917 et 1920. Pour certains de ses articles, il utilise le pseudonyme de Roland Catenoy, mais les plus importants (feuilletons, contes, articles polémiques) paraissent sous son nom. Les profiteurs de guerre, les députés, les forces de police sont particulièrement visés, ainsi que ceux qui diabolisent les bolcheviques.  

220px Roland Dorgelès Montmartre

les croix de bois dorgeles 397 550x650

En 1919, il publie le roman qui le rend célèbre, "Les Croix de bois", inspiré de son expérience de la guerre. Le roman obtient le prix "Vie Heureuse", ancêtre du prix Fémina, la même année les jurés du prix Goncourt ne lui accordent que quatre voix, contre six à "À l'ombre des jeunes filles en fleurs" de Marcel Proust.

En 1921, il fait partie du jury du prix littéraire "La Renaissance", créé par Henry Lapauze, conservateur du Petit Palais et fondateur-directeur de la revue bimensuelle "La Renaissance politique, littéraire et artistique" ; ce jury est présidé en 1921 par Léon Bérard, ministre de l'Instruction Publique, et de 1922 à 1930 par Mme Colette.

En 1923, il se marie à Hania Routchine, une artiste lyrique d'ascendance russe. Un séjour en Indochine lui inspire "Sur la route mandarine". En 1929, il succède à Georges Courteline à l'Académie Goncourt.

En 1939, il devient correspondant de guerre pour "Gringoire". C'est lui qui serait à l'origine de l’expression "Drôle de guerre" qui restera à la postérité. Il se réfugie à Cassis en 1940. Dès 1941, il cesse toute collaboration à "Gringoire". Habitant à partir de novembre 1942 dans le Comminges, à Montsaunès, il y accueille son ami Raoul Dufy pendant un an. Montsaunès sert de cadre à son roman "Carte d'identité" publié en 1945.

 la drole de guerre 1939 1940
 timbre dorgeles

En 1960, après le décès de sa première épouse, il se marie avec Madeleine Moisson (1909-1996). En 1954, il est élu président de l'Académie Goncourt, fonction qu'il occupe jusqu'à sa mort en 1973.

Roland Dorgelès fut président de l’Association des écrivains combattants.    Il a donné son nom à une distinction littéraire délivrée par cette association, le Prix Roland Dorgelès créé en 1995 pour des professionnels de la radio et de la télévision "qui se sont particulièrement distingués dans la défense de la langue française".

Source Wikipedia